Notre Histoire

L’histoire de FIPSO a démarré en 1965, dans les départements des Hautes-Pyrénées et du Gers lorsque des éleveurs se regroupèrent en Coopérative pour commercialiser leurs animaux, et notamment leurs porcelets. Des bureaux furent installés initialement dans la petite bourgade de Masseube puis à Trie-sur-Baïse, village célèbre à l’époque pour son marché aux porcelets et pour son Festival du cri du cochon. La zone du Piémont Pyrénéen était réputée pour ses élevages « naisseurs », c’est-à-dire comprenant un troupeau de truies qui 1 à 2 fois par an donnaient naissance à des porcelets. Quelques-uns de ces porcelets étaient gardés à la ferme pour y être « engraissés » et abattus l’hiver pour la consommation familiale, mais la majorité étaient vendus à des marchands qui les cédaient à des éleveurs d’autres régions françaises plutôt spécialisés dans l’engraissement. Ce métier de naisseur ne permettait pas de vivre correctement, il s’agissait d’ailleurs souvent d’une production secondaire dans la ferme dont la conduite était laissée aux femmes…

Se regrouper dans une Coopérative permettait aux éleveurs de mieux négocier les prix de leurs porcelets vis-à-vis des marchands, mais aussi de fédérer des moyens humains et financiers pour concevoir et développer des bâtiments d’élevage plus performants, permettant ainsi d’engraisser les porcs dans le Sud-Ouest plutôt que de laisser à d’autres la création de valeur ajoutée. A partir des années 1980 la Coopérative FIPSO se développe :

  • Sur le plan géographique, en intégrant dans son périmètre le département des Pyrénées-Atlantiques, permettant aux éleveurs béarnais et basques de devenir associés-coopérateurs.
  • En faisant l’acquisition de 2 abattoirs (à Beaumarchés dans le Gers et à Sauveterre-de-Béarn), de manière à sécuriser les débouchés de ses producteurs.
Cette étape correspond donc au démarrage de l’implication de FIPSO dans la commercialisation des viandes. Durant les années 1990, cette activité d’abattage des porcs et de découpe de la viande se développa fortement.

FIPSO devient alors l’une des premières organisations d’éleveurs en France à investir dans la production de viandes de qualité ; c’est l’époque de la mise en place des premiers Cahiers des charges et de la traçabilité :

  • Certification de Conformité Produit dès 1993, avec la marque « PORFIN » qui existe toujours aujourd’hui.
  • IGP Jambon de Bayonne à partir de 1996/1997.
  • Développement d’un mode d’élevage alternatif « en plein air », garanti par un Label Rouge.
  • Filière d’alimentation des porcs garantie sans OGM (Organismes génétiquement modifiés) en 2000.

En 2001, FIPSO met en service sa nouvelle unité d’abattage découpe et élaboration de viande de Lahontan. C’est un outil ultra-moderne, répondant à toutes les exigences en matière d’hygiène et de traçabilité. Grâce à la poursuite d’une politique d’investissements réguliers depuis cette date, cette unité industrielle est restée à la pointe : obtention des agréments sanitaires pour exporter des viandes en Chine et aux Etats-Unis, automatisation des tâches où la pénibilité était trop forte, … etc.

En 2009, la Coopérative fusionne avec une autre Coopérative d’éleveurs de porcs située dans l’Aveyron, pour fédérer les éleveurs des 2 régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, et ainsi encore mieux mériter le nom qui se cache derrière les initiales : FIlière Porcine du Sud-Ouest.

En 2014 enfin, FIPSO met en service à Morlaàs, à côté de Pau, un petit site de découpe entièrement neuf, destiné à la clientèle régionale des bouchers-charcutiers et adapté aux circuits courts. Le Groupe est ainsi parfaitement positionné sur ses différents marchés, depuis la clientèle de proximité jusqu’à l’international.